Qui n’a jamais rêvé de revêtir un masque et être une toute autre personne? Les Real doll ou female masking ont fait de se rêve une réalité en revêtant des masques en silicones ou latex, ces hommes deviennent de magnifiques mannequins. Aujourd’hui, partez à la découverte de ce fétiche encore méconnu.

Ce qui va suivre est un mouvement qui en fera peut-être tiqué plus d’un: le female masking ou RealDoll! C’est parti!

I) C’est quoi être une poupée vivante?

Des images des images! Oui oui ça vient! Le female masking concerne des hommes qui, outre le fait de s’habiller en femme, revêtent un masque de silicone afin d’avoir l’apparence de poupées de plastique.

Ce mouvement se trouve à la croisée du travestissement, du fétiche du mask et parfois des rapports BDSM. Il es intéressant de le regarder de plus prêt, puisque revêtir une autre peau et devenir son alter ego féminin peut en faire rêver ou tiquer plus d’un!

Nous avons découvert ce mouvement dans le reportage de Vice:

Que devons nous retenir de cela:

  • Qui sont-ils? Ce sont des hommes hétérosexuels d’une grande variété d’âges qui aiment porter un masque féminin en silicone et devenir de la tête au pieds une poupée.
  • Que font-ils: Ils transforment l’ordinaire en extraordinaire. Les Real Dolls ne font pas grand chose hormis se prendre en photo et les poster sur les réseaux sociaux comme Dollspride.com ou Fetlife. La grande majorité des Real Doll ne se transforment que pour leur propre et exclusif plaisir.

Regardons à présent un autre reportage qui sera vous éclairer davantage:

Vous trouverez ici le résumé du reporatge

II) Quelle est la sensation et le plaisir à être une poupée vivante?

Quel est le plaisir de porter une combinaison intégrale en latex? Plusieurs réponses sont possibles:

  • Portons notre attention sur le coeur du costume: le masque. Le masque a depuis toujours été object de fétiche. Object de cours à Venise, object de théâtre et d’illusion; les masques fascinent autant qu’ils effraient.
  • Depuis l’apparition du silicone, les masques sont devenus de plus en plus réalistes. Les robots revêtent un masque en silicones; les poupées gonflables sont devenus une tendance mondiale. Bref, l’on veut du réel, de la fausse peau, nous voulons nous y glisser, ou toucher une autre personne en chair mais pas en os.

Pourquoi certaines personnes ont-elles l’envie de porter un masque au sens littérale?

« Une fonction de ce masque est d’éviter de ressentir un sentiment de vulnérabilité, de vivre diverses peurs ou d’explorer l’inconnu ».

Les masques
  • Revêtir un masque c’est revêtir une nouvelle peau; devenir quelqu’un d’autre mais par dessus-tout voir quelqu’un d’autre dans un miroir. Comme toute transformation corporelle et travestissement; c’est la transformation elle-même qui est la plus importante. Voir son corps d’homme s’effacer pour laisser la place à une mannequin de plastique. Cette nouvelle réflexion est celle d’une jeune femme qui sera jugée plus attirante; intéressante et extraordinaire que le porteur de masque lui même.
  • Rendre l’extraordinaire extraordinaire. Comme les enfants qui rangent leur chambre en pensant être superman, être une Real Doll transforme les choses les plus banales de la vie en moment extraordinaires: Faire son ménage en sexy Made c’est bien plus fun! Sur les réseaux sociaux chaque doll a sa minute de célébrité comme le disait Woody. Ce sont bien la des gens ordinaires qui ont trouvé une façon assez simple de devenir extraordinaire pour une heure ou deux dans leur quotidien.

« He says he was insecure growing up and that wearing a mask offered him the chance to recreate himself and become someone who didn’t care what others thought. » the Altantic

Le déguisement fascine les enfants ainsi que les adultes. Porter un costume nous transforme réellement pendant quelques temps dans le personnage et corps que l’on souhaite. Aux psychologues de dire que notre costume de bureau aurait des conséquences sur notre productivité. Nous nous mettons en accordance avec les vêtements que nous portons et serions plus attentifs, productifs et ordonnés. Mais je pensais que l’habit de fait pas le moine?

III) La poupée: object de fétiche

La poupée Barbie apparue il y a 60 ans maintenant a profondément bouleversé notre perception de la beauté. La Barbie est, envers et contre tout, le model dominant de standard de beauté. C’est bien l’idée que Barbie et Ken sont les models idéaux de masculin et féminin qui pousse plus d’une personne de réaliser de la chirurgie esthétique afin de voir dans le miroir une idée de perfection.

Justin Jedlica et Pixee Fox alias Barbie et Ken

Chez les Real Doll il y a l‘idée de perfection. Etre une femme parfaite pendant une heure, deux heures voir une journée. Cette idée de perception vient de l’idée que les porteurs de masques ont de la beauté féminine. Ce sont des hommes qui ont, comme chacun, cette idée qu’une belle femme se doit d’avoir les mensurations de mannequins plastique.

Nous sommes en parfait accord avec Véronique Bergen dans le magazine Un Philisophe concernant les fétiches:

« Disqualifier la mouvance fétichiste en lui appliquant un discours normatif qui le discrédite comme fausse conscience, auto-aveuglement, c’est s’interdire de comprendre la logique, l’économie désirante, les mécanismes, les opérations mentales qui sous-tendent ce qu’on nomme fétichisme. »

Véronique Bergen Un Philosophe

Ce mouvement nous en dit beaucoup sur la perception de la féminité dans le monde; sur la perception qu’ont les hommes de leur propre corps, sur les rapports de pouvoir, la sexualité, le déguisement, la question du masque au sense figuré et littéral..Il nous fallait donc bien creuser un petit peu!

Véronique Bergen de dire:

« L’on peut déceler une résistance aux schémas normatifs, aux sexualités conventionnelles par la transgression ludique, parodique des rapports de pouvoir, par la recherche d’une réinvention du soi, d’une illumination des pratiques érotiques.

Véronique Bergen Un Philosophe

Concernant le female masking il y a incontestablement du ludique; du fun; de la transformation, de la parodie des rapports de pouvoir. Il y a également le plaisir de transgression de la norme.

Une fois encore, ce mouvement est majoritairement virtuel. Cependant, à Minneapolis a lieu tous les an un festival de RealDoll, le Rubber Doll World Rendezvous.

N’y voyons toutefois pas une tendance globales, ces démonstrations publiques sont extrêmement marginales.

Non; vous ne risquez pas de rencontrer une Real Doll dans la rue de si tôt.

IV) Le fétiche

Il y a toutes sortes de fétiche: les masques, le latex, les pieds … Ce qui peut paraitre étonnant est que le Real Doll peut être et ne pas être un fétiche sexuel. En effet, il y a fétiche sexuel si le porteur de masque va identifier et utiliser les matières et le masque comme object d’excitation sexuel. C’est ce qui revient dans certain des témoignages que nous avons parcourus. Ces hommes qui se masturbent en portant ce masque de silicone correspond à un fétiche de type sexuel. Or, rien n’oblige à utiliser le female masking comme objet sexuel. Si tel n’est pas le cas; pourrions-nous parler de simple hobby? Et bien oui nous le pouvons aisément!

« Mask fetishism involves individuals who derive sexual pleasure and arousal from either wearing masks and/or seeing others wearing masks »

Getting a face lift: A beginner’s guide to mask fetishism

Rappelons que la majorité des hommes qui s’adonnent à se passe-temps sont hétérosexuels et vivent une vie de famille tout à fait ordinaires. Ainsi; contrairement à ce que l’on pourrait penser, le travestissement et la transformation en générale ne sont pas uniquement l’appanage du milieu LGBTQIA. Nous pourrions donc classer le female masking dans la catégorie déguisement; amusement, ludique.

V) L’économie du masque

Il est intéressant de voir l’économie qui s’est formée autour du fétiche du masque tant il y en a de divers. Une combinaison de Real Doll complète (corps, vagin, visage et vêtement) coûte à peu prêt $1,800. C’est une somme importante mais la fabrication de ces Real Doll est artisanale et chaque object sont uniques.

Le documentaire parle de l’entreprise Femskin mais vous avez également DHgate.com ou Celesmask. Ces masques sont par ailleurs en vente sur Ebay, Amazon et toutes grandes plateformes en ligne. Les masques appartiennent autant au monde de la SF que du fétiche, les prix varient entre 100 et 200€ pour un masque silicone.

La demande en produits silicones réalistes est indéniables. Certaines Real Doll qui réalisent leur masque elles-même ont arrêté leur principale activité afin de s’adonner à leur passe-temps. Le réseau Real Doll est extrêmement vif et la demande est forte pour obtenir des produits de qualités.

Concernant les poupées en latex voici un reportage concernant nos poupées made in France:

Le female masking est avant tout un mouvement répandu aux Etats-Unis; Royaume-Uni et Allemagne. C’est un mouvement extrêmement marginale et privé. Cependant; si un jour vous avez la chance de rencontrer un Real Doll vous auriez été bien heureux de savoir que cela existait. Si vous êtes intéressez dans le female masking; vous seriez sans doute rassurer de savoir que vous n’êtes pas le seul!

VI) Pour aller plus loin

Getting a face lift: A beginner’s guide to mask fetishism, blog, DR. MARK GRIFFITHS

Les masques, En Beauce.com, 8 Octobre 2017

La poupée Barbie, Marianne DEBOUZY,

Des hommes transformés en poupées vivantes, blog, Jacques Charland

Wrapped In Plastic: A Photographer’s Journey Into Female Masking, Digitalrev, 1 Septembre 2016

Porter un costume change la façon de penser, Slate, 4 Mai 2015

Fétichisme, définitions, Causes, stades, Causam.fr

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :